© 2018 par Camille Brasselet. 

1/14

     A travers mes propres rêves et cauchemars, je met en scène mon imaginaire, les sentiments et frustrations qui s’en dégagent. La perte de soi, la désincarnation, la mouvance sont au centre de ce travail. Les images mentales filent et glissent entre nos doigts comme du sable. J’ai donc tenté de les fixer photographiquement et picturalement. 

 

     Le temps file, les images défilent. 

 

     Comme des bribes de souvenir, ces images sont témoins d’un moment passé uniquement dans le rêve.  Avec un voilage de pointillisme sur certaines images, je crée des masques, laisse une trace des grains de sables que sont les rêves glissant entre les doigts. Ma vision du rêve est une vision de l’inconscient qui s’impose au conscient lors du réveil, jusqu'à parfois s’y agripper, le ronger. C’est un monde imaginaire, un monde flottant et éphémère.